et pour monsieur, ce sera? deux petites chroniques fraîches s'il-vous-plaît.

la nouvelle formation du guitariste danois installé en France a tout pour être alléchante, jugez-en: Guillaume Orti, Stéphane Payen, saxophones alto, Henrik Simonsen, contrebasse et Tom Rainey, batterie.  Réputés pour leur volonté de faire tomber les frontières et proposer du son nouveau, ils développent le projet politique de Poulsen qui veut créer une musique généreuse, spontanée et réfléchie, qui embrasse tous les territoires du jazz. Le livret expose un programme pleinement réussi, Poulsen y "souhaite la bienvenue à tout le monde en ce pays de traditions, de créations et de délires".

Hasse Poulsen, Progressive patriots, Das Kapital Records, 2011

(chronique parue dans So Jazz, novembre 2011)

Trio électrique et énergique qui flirte avec le punk et le post rock. Ce sont pourtant trois musiciens issus du jazz que l'on retrouve:  Julien Desprez guitariste du groupe Radiation 10, Sylvain Darrifourq, batteur de l'Emile Parisien quartet, Fanny Lasfargues, bassiste a notamment joué avec N.Akchoté. Une musique tendue, intelligemment construite, qui lacère l'espace de déflagrations sonores et de bombes ryhtmiques, avec un engagement total et une belle sincérité. Le label Rude Awakening fait une nouvelle fois preuve de perspicacité dans sa proposition de musiques hors normes.

Q, [sans titre], Rude Awakening, 2011

(chronique parue dans So Jazz n°20, novembre 2011)